Analyse Transport & Logistique

Centre-Val-de-Loire : une logistique connectée à l’Ile-de-France

26 février 2021

DOSSIER. Le "Tour de France Upply du Transport Routier de Marchandises (TRM)" fait étape dans le Centre-Val-de-Loire. Une région dont la vocation logistique est très marquée par la proximité de l’Ile-de-France.

Le Centre-Val-de-Loire, est issu du rapprochement des régions Centre et Val-de-Loire en 2015. La région compte 6 départements, qui s'étendent du bassin parisien aux premiers abords du Massif Central. Il s’agit d’une des plus petites régions de France métropolitaine en termes de volume de population et de PIB (voir encadré en fin d'article).

Les 2,6 millions d’habitants se répartissent principalement entre le Val de Loire et les territoires proches de la région parisienne avec 2 métropoles, Orléans et Tours, auxquelles s’ajoutent des villes importantes comme Bourges (Cher), Blois (Loir-et-Cher), Châteauroux (Indre) ou Chartres (Eure-et-Loir).

Un profil économique hétérogène

"L’économie régionale est assez diversifiée, mais garde quand même un caractère fortement agricole et industriel", indique Philippe Munier, délégué régional IDF, Centre et Ouest de l’Union TLF.

Le taux d’emploi industriel en Centre-Val de Loire s’élève à 22,4%, contre une moyenne de 16,3% pour l’ensemble de la France. De façon générale, "le nord de la région bénéficie d’industries de haute technologie, à forte valeur ajoutée", tandis que l’on retrouve dans le sud des industries lourdes et des activités agricoles, indique la Chambre de Commerce et d’Industrie Centre Val-de-Loire, précisant que l’axe ligérien se caractérise quant à lui par une plus grande concentration de commerces et de services. Dans une étude sur la logistique réalisée en 2017 à la demande de la DREAL Centre-Val-de-Loire, le Cerema Normandie-Centre va jusqu’à parler de "fracture nord/sud", avec des industries plus porteuses au nord et plus traditionnelles au sud.

Les secteurs principalement représentés sont l’industrie agroalimentaire, la plasturgie, la pharmacie et les cosmétiques, la métallurgie et le secteur du caoutchouc. Le Centre-Val de Loire accueille ainsi un certain nombre d’établissements importants. 

centre_val_de_loire_principaux_chargeurs

Source : Étude Dev’Up Centre-Val de Loire

Dans le domaine de l’agriculture, le Centre-Val de Loire constitue "la première région céréalière de France et d'Europe grâce aux grandes exploitations de la Beauce au Nord de la Loire", souligne la préfecture de région, qui met également en avant le poids de la région dans la production caprine française (11%), ainsi que des positions désormais reconnues dans le secteur viticole.

Une base-arrière logistique

Ce tissu économique, associé à "une position géographique privilégiée dans les échanges Nord-Sud européens, la proximité de l'Île-de-France et un excellent maillage autoroutier", a permis le développement d’une importante activité logistique, "notamment sur l'axe ligérien", note la CCI. "La région Centre-Val de Loire est structurée par un réseau de routes nationales et d’autoroutes d’une longueur de 1330 km. En termes de densité, la région est 3è derrière l’Île-de-France et les Hauts-de-France avec 34 m/km2", confirme l’étude du Cerema, relevant toutefois un développement hétérogène du réseau. Le nord de la région est le mieux pourvu en routes structurantes.

Selon L’Atlas des entrepôts et des aires logistiques réalisé par le Service de l’Observation et Statistiques du ministère des Transports, la région Centre-Val de Loire se situait au 7è rang national en 2015 avec 286 entrepôts de plus de 5000 m². Elle se distinguait également par une surface moyenne de 17 700 m², légèrement supérieure à la moyenne nationale. "Avec 380 000 m2 d’entrepôts créés sur la frange nord de la région (Loiret et Eure-et-Loir) entre 2000 et 2014, la région a bénéficié de sa proximité à l’Île-de-France pour en devenir une base-arrière logistique", analyse le Cerema. "On constate notamment la présence de grandes zones logistiques à proximité des grandes agglomérations de la région", précise Pauline Martin, déléguée régionale de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR).

"La région offre un foncier disponible a un coût abordable. C’est évidemment un argument très favorable à proximité de l’Ile-de-France", renchérit Philippe Munier.

Des échanges internationaux modestes

Le Centre-Val de Loire occupe une place modeste dans le commerce extérieur national, puisque la région se situe au 11ème rang pour l’export et au 10ème rang pour l’import en 2019. Mais elle présente un solde commercial positif, avec 20,8 Md€ d’exportations contre 20,6 Md€ d’importations. Deux filières représentent à elles seules plus du tiers des exportations : les produits pharmaceutiques et les parfums/cosmétiques. La première contribue très largement au solde positif de la balance commerciale.

centre_val_de_loire_import_export_secteurs

Source : Douanes

Les échanges internationaux sont très majoritairement intra-européen, avec une forte domination de l’Allemagne à l’import comme à l’export. Hors Union européenne, le Centre-Val de Loire a pour principaux partenaires la Chine et les États-Unis, là encore comme clients et comme fournisseurs.

centre_val_de_loire_import_export_pays

Source : Douanes


La Région Centre-Val de Loire en chiffres

  • 39 151 km²
  • 1 758 communes, 6 départements (Cher, Indre, Indre-et-Loire, Loire-et-Cher, Eure-et-Loire et Loiret)
  • 2 métropoles (Orléans et Tours)
  • 2,6 millions d’habitants (3,9% de la population française, 12è rang national) – Source Insee.
  • PIB de 69 milliards (3,3% du PIB national, 10è rang national) – Source Insee (2015)
  • 1 111 établissements employeurs dans les activités de transport de marchandises et de logistique, dont 788 établissements de transport routier de marchandises au 31 décembre 2018 (source : rapport régional OPTL 2019)
  • 11è région exportatrice et 10è région importatrice en 2019
  • Réseau routier : 68 238 km de routes, dont 1% d’autoroutes - Source : Autorité de régulation des transports (ex-ARAFER)

Inscrivez-vous à la Newsletter


Diplômée de l'École Supérieure de Journalisme de Lille, Anne a exercé l’essentiel de sa carrière dans la presse spécialisée Commerce international & Logistique, avant de rejoindre Upply.