Logistique & Transports

DOSSIER IMO SULPHUR 2020 - Réduction des émissions de soufre dans le maritime : de quoi parle-t-on ?

03 mai 2019

La réduction des émissions de soufre des navires, imposée aux compagnies maritimes par une nouvelle réglementation de l’OMI, entrera en vigueur le 1er janvier 2020. À quelques mois de l’échéance, nous avons décidé d’entamer une série d’articles pour faire le point sur les enjeux et les impacts. Mais pour bien démarrer, rien de tel qu’un petit cadrage du sujet en rappelant les faits.

Le compte à rebours est lancé. Le 1er janvier 2020, les navires devront utiliser un fuel dont la teneur en soufre ne dépassera par 0,5% m/m, alors que le plafond est aujourd’hui fixé à 3,5%.

La nouvelle réglementation est issue d’une révision de l’annexe VI de la convention Marpol. Petit retour en quelques dates sur un processus de prise en compte de la pollution des navires qui a démarré dès les années 70.

  • En 1973, l’OMI a adopté une Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires, dite MARPOL (MARine POLlution). Elle a pour objet de traiter de la prévention de la pollution du milieu marin, que les causes soient liées à l'exploitation ou à des accidents.
  • Dans les années 80, le Comité de la Protection du Milieu Marin (MEPC) de l’OMI décide de se pencher plus spécifiquement sur la question de la pollution de l’atmosphère. Cette réflexion aboutit en 1997 à la signature d’un protocole qui permet d’ajouter à la Convention Marpol une annexe VI dédiée à ce sujet. Ce texte, entré en vigueur en mai 2005, établit notamment des limites pour les émissions d'oxyde de soufre (SOx) et d'oxyde d'azote (NOx) provenant des gaz d'échappement des navires.
  • En 2008, le MEPC adopte une révision de l’annexe VI. Elle prévoit une réduction progressive des plafonds d’émissions de SOx et de NOx, ainsi que la création de zones de contrôles des émissions (ECA) où s’appliquent des niveaux encore plus drastiques (voir carte ci-dessous). Par ailleurs, depuis le 1er janvier 2010, la législation européenne va plus loin : elle impose que tous les navires utilisent des combustibles à 0,1% lorsqu’ils sont à quai en Europe, même en dehors des zones SECA.
  • 1er janvier 2020 : le plafond mondial de la teneur en soufre est ramené à 0,50 % (contre 3,50 % actuellement) 

Lourd impact sur les coûts

La nouvelle législation aura un impact significatif sur les coûts d’exploitation des compagnies maritimes. Pour les grands noms du secteur, la facture se chiffre en milliards. Citant "des sources externes", Maersk Line évoque ainsi des coûts d’adaptation à la nouvelle législation dépassant les 15 milliards de dollars pour l’ensemble de l’industrie.

Pour répercuter la hausse prévisible de leurs coûts, les compagnies maritimes mettent d’ailleurs progressivement en place de nouvelles méthodes de calcul de leur surcharges carburant, plus ou moins transparentes si l’on en croit une étude du cabinet spécialisé Drewry publiée fin 2018. Nous vous proposerons durant ces prochaines semaines et tout au long de l’année un série d’article pour cerner les enjeux, analyser les stratégies et suivre l’évolution des prix, notamment via notre de base de données Upply.

 

carte-IMO

 

Crédit photo : Image par michaelmep de Pixabay  

Subscribe to the newsletter


Journaliste de formation, Anne a exercé l’essentiel de sa carrière dans la presse spécialisée Transport & Logistique, avant de rejoindre Upply.