Analyse Transport & Logistique

Centre-Val de Loire : bonne dynamique du transport routier

05 mars 2021

DOSSIER. Le transport routier de marchandises dans la région Centre-Val de Loire est sur une dynamique positive. Le trafic global a progressé de 4% en 5 ans, grâce aux flux internes.

En 5 ans, le transport routier de marchandises (TRM) en Centre-Val-de-Loire, hors transit, trafic international et pavillon étranger, a connu une très nette croissance des flux internes. Leur part dans le trafic total est passée de 17,5% en 2014 à 23% en 2018. Cette montée en puissance permet de compenser le déclin des flux entrants et sortants. Le trafic global a ainsi franchi ces deux dernières années la barre des 15 milliards de tonnes-kilomètres.

L’année 2020, comme partout, marquera certainement un coup d’arrêt, après un ralentissement déjà sensible depuis 2018. Mais l’évolution positive sur une période longue reste le signe d’une tendance solide.

transport_routier_centre_val_de_loire

*en millions de tonnes-kilomètres transportées (hors transit, trafic international et pavillon étranger) - Source : SDES, Enquête Transport routier de marchandises

Percée des échanges avec les Hauts-de-France

Les chiffres de trafic exprimés en tonnes racontent une histoire un peu différente. En 2018, le trafic total régional, hors transit, trafic international et pavillon étranger, s’élève à 112 millions de tonnes (Mt), soit une hausse de 3% par rapport à 2017 et de 12% par rapport à 2015. Toutefois, ce résultat reste inférieur de 2% au pic de 114,4 Mt enregistré en 2014.

  • Les flux inter-régionaux, en augmentation de 9% par rapport à 2017 et de 16% par rapport à 2015, représentent 56,5 Mt, "réparties de façon assez équilibrée entre les flux entrants et les flux sortants", précise Philippe Munier, délégué régional IDF, Centre et Ouest de l’Union TLF. L’Ile-de-France arrive très largement en tête des régions partenaires du Centre-Val de Loire, devant les Pays de la Loire et la Nouvelle-Aquitaine. Un trio identique depuis 5 ans. Le changement le plus remarquable vient des Hauts-de-France, qui sont passés du 7è au 4è rang avec 5,7 Mt échangées, grâce notamment au bond des flux entrants : +173% entre 2015 et 2018. La Normandie, bien qu’en perte de vitesse, clôt le Top 5 des régions partenaires.
  • Les flux intra-régionaux représentent quant à eux 55,7 Mt en 2018 , en baisse de 2,4% par rapport à l’année précédente et en augmentation de 9% par rapport à 2015.

Les produits de l’agriculture, la chasse, la forêt et la pêche occupe une place importante, notamment pour les flux sortants, devant les marchandises groupées, les matières premières et les produits alimentaires. "Le BTP, l’énergie, le secteur pharmacie/cosmétiques et l’agro-alimentaire constituent des secteurs très importants pour nos transporteurs", précise Pauline Martin, déléguée régionale de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR).

flux_routiers_inter_regions

Source : DREAL Centre-Val de Loire

Professionnalisation des exploitants

Au 31 décembre 2019, selon le rapport régional 2019 de l’OPTL (Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans le transport et la logistique), 1590 entreprises étaient inscrites au registre marchandises, contre 1428 en 2015, en incluant les établissements sans salariés. On peut citer entre autres parmi les PME emblématiques de la région les Transports Blanchet, Tendron, les Transports TLR Robinet, les Transports Satas, les Transports Catroux, Charbonnier, les Transports Coutant ou encore MDS Transport et Matériaux.

Les entreprises de 1 à 9 salariés représentent 57% des établissements employant des salariés, mais ils n’emploient que 12% des personnels transport et logistique, tandis que les 8% d’établissements comptant 50 salariés représentent 46% des effectifs. Des proportions sensiblement identiques à la moyenne nationale. En croissance continue depuis 2015, l’ensemble de la branche des transports routiers et des activités auxiliaires comptait 30 042 salariés en Centre-Val de Loire. Mais cette dynamique s’explique surtout par un boom des emplois logistiques.

Dans le transport routier proprement dit, l’OPTL relève une tendance intéressante : l’augmentation des effectifs en exploitation transport. "Elle atteste d’une reconnaissance du rôle crucial de l’exploitation pour la bonne réalisation des prestations de transport. En effet, les activités liées à l’exploitation sont de moins en moins diluées parmi les nombreuses activités des chefs d’entreprise dans les TPE et PME, et sont de plus en plus confiées à des exploitants dont c’est le métier exclusif", décrypte l’OPTL.

Inquiétude des chefs d’entreprise

Les résultats opérationnels des années 2019 et 2020 ne sont pas encore disponibles, mais les premiers indicateurs permettent de penser que la région Centre-Val de Loire a plutôt bien résisté. Ainsi, l’enquête de conjoncture de la FNTR portant sur le deuxième trimestre 2020 a montré une bonne résilience des transporteurs lors de la première vague de confinement. La perte de chiffre d’affaires et le pourcentage de camions à l’arrêt en mai et en juin étaient en effet plutôt inférieurs à la moyenne nationale. "Cependant, la situation est variable selon les types d’activités. On peut considérer qu’à partir de l’automne, une entreprise sur deux a retrouvé un niveau d’activité à peu près normal en termes de volumes et de chiffre d’affaires. Mais pour l’autre moitié, la situation reste difficile", nuance Philippe Munier.

Comme partout, le contexte actuel suscite des inquiétudes palpables. "Les sondages auprès des chefs d’entreprise montrent une dégradation du niveau de confiance à court et moyen terme. Les chargeurs ont procédé à des renégociations de tarifs dans des périodes -et des proportions- inédites. Le secteur fait donc face à de grandes incertitudes", rappelle Philippe Munier.

Inscrivez-vous à la Newsletter


Diplômée de l'École Supérieure de Journalisme de Lille, Anne a exercé l’essentiel de sa carrière dans la presse spécialisée Commerce international & Logistique, avant de rejoindre Upply.