Commerce international

La Hongrie, hub logistique prometteur pour la connexion Chine-Europe

22 juin 2021

La Hongrie devrait devenir un hub logistique majeur dans les échanges Chine-Europe, comme en témoignent plusieurs projets d’infrastructures importants, déjà déployés ou à venir.

De multiples projets d'infrastructures de transport déjà déployés ou à venir placent la Hongrie en situation de devenir un nouveau hub logistique pour les échanges commerciaux entre l’Asie et l’Europe. Cet article examine ces projets et analyse la nouvelle dynamique que ces projets d'infrastructure peuvent apporter au commerce Chine-Europe.

Les fondamentaux du commerce Chine-Hongrie

Les relations commerciales Chine-Hongrie se sont fortement développées ces dernières années. La Chine est aujourd’hui le premier partenaire de la Hongrie en dehors de l'Union européenne. La Hongrie, de son côté, est le troisième partenaire commercial de la Chine parmi les pays d'Europe centrale et orientale (PECO), après la Pologne et la République tchèque.

Les biens d'équipement (codes SH 84 et 85) dominent le commerce sino-hongrois, représentant 60 % des importations hongroises en provenance de la Chine et 51 % des exportations en 2020, en termes de valeur. En termes de volume, les produits en plastique, les machines et le bois constituent les principales exportations hongroises vers la Chine, tandis que les machines et les produits chimiques représentent les principales importations.

Alors que les importations hongroises en provenance de Chine ont connu une croissance à deux chiffres trois années de suite, les exportations sont plus fluctuantes. En 2020, malgré le ralentissement général du commerce entre l'UE et la Chine en raison de la pandémie de Covid-19, les exportations de la Hongrie vers la Chine ont augmenté de 4,3 %. Dans le même temps, les importations hongroises en provenance de Chine ont crû de 18 % en valeur (graphique 1). L'augmentation des exportations hongroises vers la Chine en 2020 est principalement imputable aux biens d'équipement.

valeur_echanges_chine_hongrie

Graphique 1- Source des données : Eurostat

Investissements dans le transport et la logistique

Le resserrement de liens économiques et des relations politiques entre la Chine et la Hongrie a entraîné une présence croissante de la Chine, ces dernières années, dans le secteur hongrois du transport et de la logistique. Entre 2005 et 2020, selon le Chinese Investment Tracker de l'American Enterprise Institute, la Hongrie est ainsi le quatrième bénéficiaire des investissements chinois dans ce secteur et le premier bénéficiaire dans le domaine ferroviaire parmi les pays "17+1" (voir graphique 2 et tableau). En 2020, la Chine est devenue, pour la toute première fois, le premier investisseur étranger de la Hongrie.

investissement_chine_transport_logistique_17+1

Graphique 2- Source des données : China Global Investment Tracker par l'American Enterprise Institute [1]

principaux_projets_transport_hongrie

Tableau - Sélection de projets majeurs dans le secteur du transport de marchandises et de la logistique

  • Fret ferroviaire Chine-Europe

Le fret ferroviaire hongrois a bénéficié de la hausse de la demande entre la Chine et l’Europe, dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Globalement, les volumes internationaux de la Hongrie ont augmenté de 3 % et les tonnes-kilomètres de 7,9 % en 2020 par rapport à 2019. Une tendance qui a particulièrement bénéficié au fret ferroviaire Chine-Europe via le poste frontière Hongrie/Ukraine (Záhony). Le trafic a été multiplié par dix depuis août 2020, favorisé par la saturation des infrastructures à Malaszewicze (Pologne/Biélorussie), principal poste frontière du fret ferroviaire Chine-Europe.

Le terminal East-West Gate (EWG), qui entrera en service en 2022, renforcera encore l'attrait de l'itinéraire de fret ferroviaire via la Hongrie. L'EWG, dont la capacité atteindra 1 million de TEU par an, sera le plus grand terminal intermodal doté d'installations 5G en Europe. En outre, la collaboration entre East-West Gate Terminal et l'opérateur de fret ferroviaire kazakh EuroTransit, qui exploite des terminaux au poste frontière Chine/Kazakhstan, est susceptible d’alimenter en flux supplémentaires cette nouvelle route. Enfin, les récentes tensions entre l'UE et la Biélorussie peuvent inciter les chargeurs à emprunter d'autres itinéraires pour se prémunir contre les risques politiques potentiels.

  • Trafic intermodal

Outre son potentiel en tant que nouvelle porte d'entrée du fret ferroviaire Chine-Europe, la Hongrie joue également un rôle essentiel dans le projet intermodal phare de la Chine sur l’axe Europe-Asie : le China-Europe Land-Sea Express. Ce trajet permet d’offrir de meilleurs délais vers l'Europe centrale via une connexion maritime-rail depuis le port du Pirée : les marchandises empruntent une liaison maritime short sea du port grec jusqu'au port de Rijeka/Trieste, puis elles sont acheminées en trains complets jusqu'à Budapest, soit un temps de transit total de 28-35 jours entre la Chine et Budapest. En 2020, cette route intermodale a connu une croissance de 47 %. La progression à deux chiffres se poursuit en 2021, avec une hausse de 20 % au cours des quatre premiers mois de l’année.

La ligne ferroviaire Budapest-Belgrade, actuellement en construction, renforcera encore le potentiel de la Hongrie en tant que hub de transit intermodal pour la région. Cette liaison, financée en grande partie par un prêt chinois, devrait être achevée d'ici 2025 et raccourcir les délais d'expédition en offrant un accès ferroviaire direct aux PECO depuis le port du Pirée.  

Le potentiel du transport ferroviaire et intermodal en Hongrie n’a pas échappé non plus aux investisseurs européens. Par exemple, en 2021, l’opérateur de transport intermodal Metrans a investi dans un nouveau terminal ferroviaire à Zalaegerszeg, afin de renforcer la connexion avec l'Europe du Sud et du Sud-Est et ainsi faire de la Hongrie "l'une des plates-formes logistiques les plus efficaces d'Europe."

La pandémie a généré un besoin croissant d’itinéraires alternatifs au transport maritime. En plus de cela, le "Pacte Vert pour l’Europe" va également accroître la demande de transport ferroviaire et intermodal. La "stratégie de mobilité durable et intelligente" de l'UE vise en effet à doubler le trafic ferroviaire de marchandises d'ici à 2050. Les nouvelles infrastructures ont bien préparé la Hongrie à saisir ces nouvelles opportunités. Le transport intermodal du pays a connu une croissance ininterrompue ces dernières années et a enregistré une augmentation de 1,7 % en 2020 (en tonnes). Une tendance qui devrait se poursuivre.

  • “Route de la Soie aérienne”

Au-delà du fret terrestre, la Hongrie a également marqué son ambition d'être le futur hub de fret aérien des Routes de la Soie. Suite à des accords conclus avec deux aéroports chinois, l'aéroport Xi'an Xianyang et l'aéroport Zhengzhou Xinzheng, le fret aérien chinois entrant en Hongrie a été multiplié par 3,6 en 2019 (graphique 3). En janvier 2021, l'aéroport de Zhengzhou et l'aéroport de Budapest ont encore approfondi la coopération, avec la mise en place d’un terminal exclusivement dédié au traitement des flux de fret aérien en provenance et à destination de Chine à l'aéroport de Budapest.

fret_aerien_chine_hongrie

Graphique 3-Source des données : Eurostat

Cette collaboration a suscité l'intérêt des entreprises chinoises de commerce électronique. En mai 2021, Cainiao Logistics, la filiale logistique d'Alibaba, a fait de Budapest son hub pour l'Europe centrale et orientale, en déployant cinq liaisons cargo aériennes par semaine entre Budapest et Zhengzhou. Cainiao Logistics prévoit une augmentation de 30 % de ses volumes entre la Chine et la Hongrie d’ici la fin de 2021. À l'aéroport de Liège, qui sert de centre de distribution européen pour Alibaba depuis la fin de 2019, les tonnages en provenance et à destination de la Chine ont bondi de 45 % en 2020 [2].

Les perspectives pour l’avenir

Les infrastructures mettent en lumière le potentiel de la Hongrie en tant que futur hub logistique pour la connexion Europe-Asie et peuvent générer de nouveaux volumes de transport en transit via la Hongrie. Elles génèrent aussi de nouvelles dynamiques.  

  • L'implantation de centres logistiques pour le e-commerce transfrontalier

L'aéroport de Budapest étant devenu le hub d'Alibaba en Europe centrale et orientale, on peut s'attendre à l’implantation de centres logistiques en Hongrie pour les vendeurs chinois qui visent le marché en expansion de l'Europe centrale et orientale (graphique 4).

part_chine_commerce_electronique_europe

Graphique 4 - Source des données : Enquête 2020 sur les acheteurs de commerce électronique transfrontalier, réalisée par l'International Post Corporation [3]

Ces “fulfillment centers” à l'étranger jouent un rôle crucial dans le modèle logistique émergent du commerce électronique transfrontalier, le B2B2C.

schema_ecommerce_transfrontalier

Schéma - Le modèle de commerce électronique transfrontalier B2B2C

La plupart des centres logistiques chinois en Europe sont aujourd’hui situés en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et en France. Pour la desserte des PECO, la Pologne est actuellement le lieu d’implantation privilégié. Deux explications à cela : tout d’abord, la Pologne est aujourd’hui le hub du commerce électronique à destination des pays de l’Europe de l’Est et du centre. D’autre part, le pays constitue le principal point de passage frontalier pour le fret ferroviaire Chine-Europe.

  • Croissance potentielle des exportations de produits agricoles

L’amélioration des infrastructures de transport facilitera incontestablement les flux entrants en provenance de Chine. Mais elle devrait aussi bénéficier aux flux sortants de la Hongrie ou des PECO vers la Chine, en particulier dans le secteur de l'agriculture et de l'alimentation.

Lors du sommet Chine-PECO de 2021, le gouvernement chinois a fixé l'objectif d'importer des produits en provenance des PECO pour un montant d'environ 170 milliards USD au cours des cinq années qui viennent. Le secteur agricole et alimentaire est identifié comme l'un des secteurs clés, avec une augmentation ciblée de 50 % en cinq ans. Dans le cas du commerce sino-hongrois, cela pourrait concerner notamment le bœuf, la Hongrie étant le plus grand fournisseur de cette viande à la Chine parmi les PECO. En dehors de la volonté politique chinoise, la perturbation actuelle de l'approvisionnement en bœuf et la relation glaciale de la Chine avec l'Australie plaident en faveur d'une augmentation potentielle des importations chinoises en provenance de fournisseurs alternatifs du monde entier. Parmi les autres produits agricoles susceptibles d'en bénéficier figurent les boissons alcoolisées et le café hongrois, notamment via le commerce électronique transfrontalier.

L’objectif d’augmentation des importations s'appliquant à tous les PECO, les infrastructures de transport prévues en Hongrie sont susceptibles de générer des flux vers la Chine depuis les PECO voisins via la Hongrie. Selon les douanes chinoises, la valeur des importations chinoises de produits agricoles en provenance des PECO par fret ferroviaire a augmenté de 157,7 % en 2020. Certes, seulement 3% du total des importations chinoises en provenance des PECO dans le secteur agricole ont été effectuées par fret ferroviaire l'année dernière, mais la croissance est spectaculaire.

En fin de compte, c’est bien la concrétisation des projets qui sera déterminante. Les fortes motivations politiques, derrière l’ambition de la Chine d’augmenter les importations en provenance des PECO, peuvent être considérées comme un signal positif quant au degré de future mise en œuvre des projets. Cependant, dans le même temps, certains PECO réévaluent leur relation avec la Chine dans le contexte de la tension Chine-UE et de la mise en place de la nouvelle administration Biden, comme en témoigne la décision de la Lituanie de se retirer des "17+1".

Dans cette perspective, la Chine peut considérer la coopération sino-hongroise comme un modèle de collaboration qui permettrait de rassurer les autres PECO quant à son engagement économique. On peut s'attendre à la poursuite d’une participation active de la Chine dans l'économie hongroise. Mais d’un autre côté, cette influence croissante de la Chine en Hongrie suscite des inquiétudes intérieures qui vont inévitablement faire peser une certaine dose d’incertitude sur la coopération sino-hongroise.


NOTES

[1] Absence de données sur l'Albanie et la République tchèque dans la base de données. 

[2] Ce chiffre est calculé à partir de la base de données : Transport aérien international extra-UE de fret et de courrier par les principaux aéroports de chaque pays déclarant et des régions et pays partenaires du monde, d'Eurostat.

[3] La Lituanie a annoncé en mai 2021 qu'elle allait se retirer des 17+1.

SOURCES COMPLÉMENTAIRES

Budapest Business Journal, China Hoping to Build Pragmatic Economic, Trade Cooperation With Hungary

mlszksz.hu, The volume of intermodal transport increased last year, though not sufficiently

Railfreight.com, Tenfold increase for Eurasian rail freight traffic through Hungary

Reuters, Hungary, China sign loan deal for Budapest-Belgrade Chinese rail project

Port of Hamburg News, Rail subsidiary Metrans to expand network through investment in Hungary

Air Cargo News, Budapest Airport strengthens logistics links with Chinese hubs

Air Cargo News, Budapest Airport aims for China cargo with dedicated facilities

Lloyd’s List, Cainiao designates Budapest Airport its ‘East-Central European hub

Supply Chain Digital, Cainiao launches its first China-Hungary cargo flight

Ministry of Foreign Affairs of People’s Republic of China, Keeping up the Momentum and Working Together for A New Chapter in China-CEEC Cooperation 

Bloomberg, Argentina’s Beef-Export Ban to Stoke Steak Prices Worldwide

Reuters, Hungary appears to back-pedal on Chinese university plans after protest

Inscrivez-vous à la Newsletter


Docteur en sciences politiques, Ganyi nous livre un regard affûté sur les évolutions du transport et de la Supply Chain dans le monde, par le prisme des tendances politiques et économiques.