Logistique & Transports

Marché français du transport routier : léger rebond des prix en août

03 septembre 2019

Selon la base de données Upply, les prix du transport routier de marchandises en France rebondissent en août 2019, affichant une hausse de 0,6% par rapport à juillet. Toutefois, l’évolution reste négative (-0,9%) par rapport à août 2018.

Les prix du transport routier de marchandises ont continuellement augmenté pendant le mois d’août, corrigeant la baisse que nous constations en juillet. Le marché semble ne pas souffrir des tensions internationales. Le climat des affaires est quant à lui stable (voir notre tableau des principaux indicateurs en fin d’article).

barometre-aout-prix-median-FR-1

Le marché transport au niveau national

Août se révèle finalement en ligne avec l’évolution constatée depuis le début de l’année. Le comparatif 2019/2018 montre en effet une tendance linéaire d’augmentation des prix du transport routier en France.

barometre-aout-comparatif-median

Le rebond des prix au mois d’août doit toutefois être regardé avec prudence, tout comme la tendance globale annuelle. Le prisme déformant des faibles volumes aoutiens ne présage pas d’un retournement total de la situation.

Plusieurs raisons peuvent expliquer la hausse du mois constatée au mois d’août, à contre-courant de ce qui se passe habituellement durant cette période :

  • L’augmentation du gazole de 4% constatée en juillet a été répercutée avec un délai de retard correspondant à 1 mois environ. Si nous poursuivons sur cette hypothèse, la diminution de 1% du gazole en août devrait légèrement faire baisser le prix en septembre.
  • L’esprit combatif des transporteurs français a été fortement aiguisé par les projets du gouvernement de surtaxer le transport (réduction du remboursement partiel sur le gazole, suppression progressive de la niche fiscale sur le gazole non routier, suppression d'allègements de charges, taxation accrue sur les contrats courts, requalification de la fiscalité des entrepôts), comme le souligne un communiqué de la Fédération nationale des transporteurs français. Dans une interview diffusée sur LCI, Élisabeth Charrier, déléguée aux régions et secrétaire générale de la FNTR Ile-de-France et Centre , a rappelé que cette série de mesures représente plus de 1 milliard de taxation supplémentaire. La chaîne d’information a également donné la parole à la présidente de l’OTRE, à l’occasion d’un débat avec des représentants politiques (à écouter à partir de la 39è minute). "On ne vit pas dans un vase clos qui est la France", a martelé Aline Mesples.

FOCUS SUR LA RÉGION HAUTS-DE-FRANCE

Alors que la braderie de Lille vient de s’achever, faisons un point sur le transport routier import/export de la région des Hauts-de-France.

La région profite de sa position géostratégique au sein de l’Europe de l’Ouest : elle se trouve dans la très fameuse "banane bleue", ce qui confère aux prix de transport des caractéristiques particulières :

  • La région est très fortement cabotée par les flottes de transport étrangères (belges, néerlandaises, allemandes et polonaises), ce qui met sous pression les prix de transport. Le prix médian constaté en région Hauts-de-France est inférieur à celui du territoire national.
  • Il existe un fort déséquilibre entre les prix export et import ; ainsi le prix médian toute France au départ de Lille s’élevait le 27 août dernier à 1,47€/km contre 1,19€ toute France vers Lille soit presque 30 cents d’écart ! La région est très largement exportatrice.
  • La volatilité des prix est moins grande qu’ailleurs ; c’est l’écart entre les prix sortants/entrants qui absorbe les différences de prix, comme le montre le graphique ci-après.
barometre-aout-prix-median-HDF

Dernier point, la région Hauts-de-France sera, ces prochaines semaines, potentiellement très impactée par le Brexit. Les ports de Calais et de Dunkerque sont des portes naturelles d’accès du continent vers le Royaume-Uni. Beaucoup de Cassandres prévoient un chaos dans les échanges inter frontaliers, dû à des files d’attentes monstrueuses.

Quelques voix dissonantes comme celle de France Beury, déléguée aux affaires européennes et internationales chez TLF Overseas, indiquent toutefois que beaucoup de travail a déjà été réalisé par les douanes, les ports et les Représentants en Douane Enregistrés (RDE). La mise en place de la procédure de Frontière Intelligente sera difficile mais cela ne devrait pas excéder, selon elle, un délai de 3 mois.


LES PRINCIPAUX INDICATEURS

barometre-route-aout-indicateurs

Source : INSEE/CNR

Inscrivez-vous à la Newsletter


Avec plus de 20 ans d'expérience internationale dans la Supply Chain, William est l'expert du transport routier d'Upply. Innovant et entrepreneur dans l’âme, il a successivement travaillé dans la gestion opérationnelle de divers secteurs - chimie, automobile, matériaux de construction, aussi bien en tant qu’expéditeur que prestataire de services.