Logistique & Transports

Auvergne Rhône-Alpes : une puissante région logistique

03 mars 2020

DOSSIER. Upply poursuit son "Tour de France du Transport Routier de Marchandises (TRM)" par une escale en Auvergne Rhône-Alpes. Une puissante région dont nous vous dressons le portrait économique, avant d’évoquer dans un prochain article la situation spécifique du transport routier de marchandises.

"Auvergne Rhône-Alpes figure parmi les toutes premières régions en Europe, tant par son territoire et sa population que par la richesse qui s’y crée". Ces mots de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Auvergne Rhône-Alpes posent le décor : la puissance économique de cette région en fait une zone attractive, propice aux échanges et donc au développement des activités transport et logistique.

Fruit du rapprochement en 2016 des anciennes régions Auvergne et Rhônes-Alpes, la nouvelle entité comprend 12 départements. "Compte tenu de la taille de la région, la répartition de l’activité est assez hétérogène. On peut identifier en substance trois grands pôles d’activités : l’arc alpin, très industriel avec notamment la métallurgie et la plasturgie, le couloir rhodanien très organisé autour vers la chimie et du secteur pétrolier au sud, et enfin l’Auvergne avec bien sûr Michelin à Clermont-Ferrand mais aussi beaucoup d’activités agro-alimentaire, dans l’élevage et la production d’eau", résume Jean-Christophe Gautheron, secrétaire général de l’OTRE Auvergne-Rhône-Alpes.

"L’industrie pharmaceutique constitue également un secteur important dans la région lyonnaise. D’autre part, Auvergne Rhône-Alpes est une zone de consommation importante", complète Jean-Christian Vialelles, délégué régional de TLF Auvergne Rhône-Alpes. Une manne qui attire les grands noms du commerce : Amazon va installer un entrepôt de 200 000 m² à proximité de l’aéroport Lyon-Saint Exupéry.

Un positionnement géographique favorable à la logistique

Dans une étude de 2017 sur la filière logistique en Auvergne-Rhône-Alpes, l’Insee met en avant "la position géographique avantageuse" de la région, qui facilite les échanges européens et la desserte de nombreuses métropoles. "Elle est traversée par l’axe de communication ferré et autoroutier nord-sud Lille-Paris-Marseille, avec des ramifications vers la Suisse et l’Italie (accès à Genève, aux tunnels du Fréjus et du Mont-Blanc...), et par les vallées du Rhône et de la Saône qui constituent des axes fluviaux importants. Cette position privilégiée se traduit par de nombreuses implantations d’établissements de niveau national et international, à proximité d’infrastructures de transport et de vastes bassins de consommation", détaille l’étude. "L’axe Nord-Sud est extrêmement porteur. En ce qui concerne l’axe Est-Ouest, on peut dire qu’il commence à prendre son essor à partir du nœud routier lyonnais", estime Jean-Christophe Gautheron.

Ces caractéristiques ont fait de la région Auvergne-Rhône-Alpes l’un des principaux pôles français du transport de marchandises et de la logistique. Elle compte près de 7 500 établissements dans ces secteurs. Selon l’Atlas des entrepôts et des aires logistiques réalisé en 2015 par le Service de l’Observation et Statistiques du ministère des Transports, la région comptait à l’époque 590 entrepôts et plates-formes logistiques (EPL) de plus de 5000 m², ce qui la plaçait au 3è rang national derrière les Hauts-de-France et l’Ile-de-France. Avec 16 329 m², la surface moyenne de ces EPL était en revanche en-deçà de la moyenne métropolitaine.

La région compte deux zones logistiques d’importance "nationale" : Saint-Quentin-Fallavier (zone d’emploi de Bourgoin-Jallieu) et Saint-Vulbas (zone d’emploi d’Ambérieu-en-Bugey). "La première a été créée au début des années 1970, la deuxième s’est développée depuis les années 1990 dans le cadre du Parc industriel de la Plaine de l’Ain", précise l’étude publiée par l’Insee en 2017. À cela s’ajoute des zones d’importance régionale, principalement autour des grandes agglomérations (Lyon, Clermont-Ferrand, Saint-Étienne...). "Les zones d’emploi de Villefranche-sur-Saône et de Montélimar sont également spécialisées en logistique. Elles disposent de très importantes surfaces d’EPL proches des accès autoroutiers sur l’axe Paris-Marseille", complète l’Insee.

"La région peut aussi s’appuyer sur un aéroport important, Lyon Saint-Exupéry, et sur le port Edouard Herriot, parfois qualifié de ‘second port de Marseille’. Des infrastructures qui complètent les atouts économiques de la région", souligne Jean-Christian Vialelles.

Une économie diversifiée

  • L’industrie constitue un secteur extrêmement structurant pour la région. Auvergne Rhône-Alpes pointe en effet au 2è rang français pour son PIB mais occupe la première marche du podium au classement des régions industrielles. Cette activité génère 18,3% de la valeur ajoutée en Auvergne-Rhône-Alpes, contre 14,3% en France métropolitaine. "Son portefeuille d’activités est diversifié, largement tourné vers l’export. L’industrie régionale présente de nombreux points forts dans les activités de pointe : machines et autres solutions pour l’industrie du futur, numérique, composants électroniques, énergie, industries de santé, décolletage, plasturgie, textiles techniques, éco-technologies...", précise la CCI.
  • Les activités de commerce sont quant à elle servies par l’importance du bassin de population, puisque la région occupe là encore le 2è rang national. Mais elles profitent aussi de la puissance industrielle, qui favorise le commerce inter-entreprises.
  • Dans le secteur agricole, enfin, la Région se distingue par la richesse de son territoire vinicole, mais peut compter aussi sur "son élevage, la richesse de ses vergers, sa production de céréales et ses spécialités fromagères", énumère la CCI.

Une forte vocation import-export

La forte vocation industrielle d’Auvergne Rhône-Alpes nourrit les échanges intra et inter-régionaux, mais aussi internationaux. En 2019, le montant des exportations de la région Auvergne Rhône-Alpes s’élève à 61 360 M€ soit 12,4% des exportations françaises. Les importations représentent quant à elles à 63 401 M€, soit 11,1% des importations françaises.

La balance commerciale est déficitaire depuis 3 ans, mais s’améliore en 2019 avec -2 040 M€, contre -2 269 M€ l’année précédente.

aura-import-export-secteur

Source : Douanes

La région Auvergne Rhône-Alpes a pour principaux partenaires commerciaux les pays européens, Allemagne et Italie en tête. Les États-Unis et la Chine complètent le Top 10, la balance commerciale étant positive avec le premier et négative avec le second.

aura-import-export-pays

Source : Douanes


La Région Auvergne-Rhône-Alpes en chiffres

  • 69 711 km²
  • 4030 communes
  • 8 millions d’habitants (12,4% de la population française, 2è rang national)
  • PIB de 263 milliards (11,4% du PIB national, 2è rang national)
  • Environ 8200 établissements dans les activités de transport de marchandises et de logistiques, dont 6700 établissements de transport routier de marchandises (source : rapport régional OPTL 2018)
  • 3ème région exportatrice et 3ème région importatrice en 2019
  • 1 700 km d’autoroutes connectées aux réseaux suisse et italien

Inscrivez-vous à la Newsletter


Journaliste de formation, Anne a exercé l’essentiel de sa carrière dans la presse spécialisée Transport & Logistique, avant de rejoindre Upply.