Logistique & Transports

Juin 2020 : les prix de transport routier toujours en baisse

24 juillet 2020

Les prix du transport routier sur le marché français ont poursuivi leur déclin en juin par rapport au mois de mai. Notre baromètre mensuel Upply indique une chute de 1,25%, laissant présager une crise grave pour le secteur.

Sans surprise, la baisse des prix de transports observée en France se poursuit, avec un 7è mois de déclin consécutif en juin selon notre baromètre Upply. Comme nous pouvons le constater dans le graphique ci-dessous, deux paramètres sont particulièrement inquiétants pour les transporteurs :

  • La baisse s’accélère comparativement aux mois précédents
  • Juin 2020 se révèle clairement à contre-courant des schémas traditionnels. C’est une période où l’on voit habituellement une tension sur les capacités de transport et donc des hausses de prix très nettes, voire même un pic dans l’année (comme en 2019).
barometre-route-prix-median-juin-2020

Source : Upply "Comparer & Analyser"

Pourquoi les prix baissent-ils encore ?

Des signaux positifs apparaissent pourtant du côté de la demande, après le trou d’air du confinement. Les données de l’Insee montre que le climat des affaires s’améliore sensiblement, même s’il est encore nettement inférieur au niveau constaté en 2019 à la même période (voir tableau en fin d’article). Notre base de données permet également de constater une augmentation des volumes transportés de plus de 13% en juin 2020 par rapport à mai 2020. Les échos de la profession font par ailleurs état d’une tension manifeste sur les moyens de transport, en tout cas dans certaines zones. En conséquence les prix spot recommencent à augmenter.

Alors comment expliquer cette baisse globale ? Deux raisons peuvent être avancées.

  • L’indexation gazole est généralement répercutée avec un mois de retard. En mai, celle-ci était de -3,8% : elle a donc pu agir comme un facteur à la baisse.
  • Comme nous l’évoquions au mois de mai, les appels d’offres de transport sur les contrats à long terme, lancés par les chargeurs pendant les périodes du confinement et du déconfinement, ont pu très certainement contribuer également à l’orientation des prix à la baisse. Ces appels d’offres, réalisés sur un marché de demande inférieure à l’offre, ont été très favorables aux chargeurs.

Cette pratique pourrait pourtant se révéler à courte vue. Les risques d’une seconde vague ou d’un reconfinement isolé et sporadique sont importants. Les plans de transport seraient alors de nouveau partiellement interrompus, laissant la place aux affrètements en spot. Les transporteurs se tourneront très certainement vers les chargeurs les mieux-disants. Négocier aujourd’hui trop durement les tarifs avec les transporteurs expose donc le chargeur au risque d’une rupture de service en cas de pénurie de capacités.

Vers une panne de trésorerie

Lorsque l’on regarde plus finement les trafics inter-régionaux, on s’aperçoit que quelques flux ont vraiment atteint des niveaux d’alerte. Ainsi entre la zone parisienne et le Nord-Est, deux zones particulièrement frappées par la pandémie, le prix moyen a diminué de 9% à l’aller et de 10% au retour depuis la fin du confinement. Les échanges entre PACA et la Nouvelle-Aquitaine ont aussi continué à voir le prix médian reculer de 5% depuis le déconfinement et affichent une baisse de -20% depuis le début de l’année.

La pandémie est la 3è crise que traverse en seulement quelques mois le transport, après les mouvements sociaux liés à la réforme des retraites et le blocage des ports. Dans ce contexte, la baisse des prix devient inquiétante pour la profession, et les organisations professionnelles sonnent d’ailleurs l’alerte depuis plusieurs semaines.

"À chaque étape de la reconstruction de notre pays, nous aurons à cœur de ne laisser personne au bord du chemin", affirmait le président de la République, Emmanuel Macron, le 5 juillet dernier. Force est de constater que nombreux sont les transporteurs qui vont pourtant rester au bord de la route s’ils ne sont pas aidés. Car ils ne bénéficieront ni des déductions fiscales liées à l’achat de tracteurs à motorisation alternative, faute de cash pour investir, ni de la nouvelle stratégie modale du gouvernement. La panne de trésorerie se profile si des mesures rapides et concrètes ne sont pas mises en place pour les transporteurs, parallèlement aux grandes ambitions de décarbonation et de report modal.


LES PRINCIPAUX INDICATEURS

barometre-route-indicateurs-juin-2020

Source : Insee, CNR

Inscrivez-vous à la Newsletter


Avec plus de 20 ans d'expérience internationale dans la Supply Chain, William est l'expert du transport routier d'Upply. Innovant et entrepreneur dans l’âme, il a successivement travaillé dans la gestion opérationnelle de divers secteurs - chimie, automobile, matériaux de construction, aussi bien en tant qu’expéditeur que prestataire de services.