Logistique & Transports

Taux de fret Tokyo-Southampton : une tendance légèrement baissière

25 septembre 2020

Dans le sillage du premier accord bilatéral significatif signé par la Grande-Bretagne avec le Japon en prévision du Brexit, nous nous intéressons cette semaine à l’évolution des taux de fret maritime sur la ligne Tokyo-Southampton.

Des taux de fret stabilisés à des points hauts, voire légèrement en baisse ces dernières semaines sur la base d’un conteneur 40’HC port à port (THC inclus) : nos données Upply révèlent une évolution assez similaire à la tendance générale entre l’Asie et l’Europe. Mais cette ligne Tokyo-Southampton est amenée à être impactée par le premier accord bilatéral significatif post Brexit conclu par la Grande-Bretagne, avec le Japon.

tokyo_southampton_taux_fret

Source : Upply

Un partenariat Japon-UK consolidé

En vertu de cet accord qui doit faire disparaître 99% des droits de douane, les deux pays attendent environ, 15 milliards de livres sterling (16,4 Md€) d’échanges supplémentaires par an. Surtout, cet accord de libre-échange constitue la première victoire économique extérieure tangible post Brexit du gouvernement Johnson. Il consolide un partenariat existant avec le Japon mais qui avait été quelque peu mis à mal, le manque de visibilité freinant ces deux dernières années les investissements japonais au Royaume-Uni, en particulier dans le secteur automobile.

Le Loop 1 de "THE Alliance", seul service maritime direct de qualité entre le UK et le Japon, se voit ainsi renforcé. Une situation à surveiller de près du côté du port du Havre. D’autant que Brexit ou pas, le siège social de The Alliance en Europe reste à Londres, témoignant de l’enchevêtrement de la vision maritime commune de ces deux nations insulaires.

Automobile et agro-alimentaire

Les constructeurs automobiles nippons vont pouvoir bénéficier d’un quasi deuxième marché intérieur, en prime sans modifications puisque le volant est du même côté que chez eux ! Très actifs dans le développement de nouvelles technologies (hydrogène et électrique), ils vont pouvoir s’engouffrer dans le verdissement accéléré du parc roulant au Royaume-Uni.

Les deux partenaires vont aussi profiter d’un accès privilégié aux produits agro-alimentaires. Le marché des spiritueux, en particulier, promet d’intéressants développements, le Japon étant devenu lui aussi un producteur important de whiskys de qualité. Via le groupe Pernod Ricard, gros détenteur de marques de spiritueux écossais et irlandais, les Français vont se retrouver aux premières loges pour profiter indirectement de cet accord.

Par transitivité, le Japon va enfin obtenir un accès plus aisé aux productions néo-zélandaises et australiennes de quasi proximité.

Un message au grand frère américain

Cet accord met surtout la pression sur les États-Unis pour la signature d’un nouvel accord Transatlantique. Un dossier qui patine, malgré les déclarations enthousiastes de Donald Trump et Boris Johnson en août 2019, au G7 de Biarritz.

"Make UK Great Again" ... La tâche sera probablement plus ardue que prévue entre fronde interne, colère des Européens et faible empressement des États-Unis.

Inscrivez-vous à la Newsletter


Expert du transport maritime depuis 25 ans, Jérôme met toute sa connaissance du secteur au profit d'Upply. Capitaine de navire dans l'âme, il est également l'auteur du Lexique anglais-français du transport maritime conteneurisé (Paris : CELSE, 2001).