Logistique & Transports

Anvers / New-York : légère érosion des taux de fret depuis trois mois

12 octobre 2020

Les données Upply révèlent une légère érosion des taux de fret maritime sur la ligne Anvers / New-York, malgré des capacités maîtrisées.

Sur le Transatlantique, les compagnies maritimes déploient traditionnellement des navires de petites capacités (en général 6 000 à 8 000 TEU), qui leur permettent de gérer finement l’espace disponible. Pourtant, ces derniers mois, nous observons une petite baisse des taux, sur la base d’un conteneur 40’ HC DRY port à port, THCL et THCL inclus.

Que s’est-il passé ? Le premier semestre 2020 a surpris la majorité des analystes sur le Transatlantique Est-Ouest. La plupart prévoyaient en effet une catastrophe, en raison des droits de douane additionnels sur les produits européens décidés par les États-Unis. Mais jusqu’en juin, la demande est clairement restée très soutenue de la part des États-Unis vis-à-vis de l’Europe, comme le démontrent les données Upply (voir graphique).

taux_fret_maritime_anvers_newyork_octobre_2020

Source : Upply

Les grandes exportations de vins et spiritueux se sont très bien maintenues, voire développées malgré les surtaxes. Dans le même temps, l’épidémie de coronavirus a favorisé les volumes de produits pharmaceutiques.

Changement de cap durant l’été

Le mois de juin a marqué un pivot, et depuis l’été le marché patine, malgré des restrictions de capacités supplémentaires ponctuellement mises en place par les compagnies maritimes.

La baisse de la demande en vins et spiritueux s’est finalement fait sentir aux États-Unis, presque plus en raison du virus que des surtaxes. On a observé chez les grands transitaires spécialisés, dès le début de l’été, un basculement de l’activité US depuis l’Europe vers l’Asie et principalement la Chine. Le coup de frein réel (et attendu) dans le secteur automobile ainsi que dans l’aéronautique contribuent également à affaiblir la demande et donc les taux de fret.

Les taux de fret sur le transatlantique devraient continuer encore un peu sur une légère tendance baissière, avant de repartir à la hausse à un rythme toujours modéré. En cas de conclusion d’un accord commercial bilatéral entre le Royaume-Uni et les États-Unis, il sera intéressant d’observer comment la Federal Maritime Commission (FMC) appréhendera la spécificité du marché britannique vis-à-vis de l’Union européenne.

Inscrivez-vous à la Newsletter


Expert du transport maritime depuis 25 ans, Jérôme met toute sa connaissance du secteur au profit d'Upply. Capitaine de navire dans l'âme, il est également l'auteur du Lexique anglais-français du transport maritime conteneurisé (Paris : CELSE, 2001).